Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Precision Rifle Shooting

Precision Rifle Shooting

TECHNIQUES DE TIR DE PRECISION MID ET LONG RANGE

AVOIR CONFIANCE EN SOI

Article d'après William Pullum. Bill Pullum entraineur de l'équipe US dans les années 70, parti de pas grand chose, réussi à emmener cette équipe sur les podiums des championnats du monde et aux jeux olympiques.

AVOIR CONFIANCE EN SOI

La confiance en soi et en ses propres capacités

La confiance est une des choses les plus déterminantes pour penser d’une façon positive à l’exécution du tir.

La personne qui manque de confiance va probablement penser de façon négative.

Mais si vous procurez de la confiance à cette même personne, son approche deviendra presque automatiquement positive.

Cette une richesse certaine si elle est réaliste.

La contrepartie est l’excès de confiance, qui mène, à un manque d’attention et aucun sport ne réclame autant d’attention que le tir.

Le tireur doit développer un niveau sain de confiance qui sera, dans les conditions de match, imperturbable.

Le sujet de la confiance semble se diviser naturellement en deux parties.

Ce sont d’abord une confiance globale en soi, et ensuite une confiance en sa propre capacité à bien tirer. La première partie est vaste et il serait difficile de donner ici quelque conseil à ce propos.

Les gens qui n’ont pas confiance en eux sont vraisemblablement très malheureux, ne serait-ce que parce qu’ils sont douloureusement inhibés par la peur de ne jamais rien réussir.

Il existe plusieurs possibilités pour la personne qui n’a aucune confiance en elle.

L’une d’elles est de rechercher l’aide d’un conseiller professionnel compétent, tel qu’un médecin ou un psychiatre.

Une autre possibilité est que l’individu choisisse un domaine où ses efforts pourraient vraisemblablement aboutir à un succès, et puis qu’il travaille jusqu’à l’atteindre. C’est une vérité d’évidence que rien ne donne autant confiance que le succès.

Le programme de formation basique des jeunes commandos français (Terre, Air, Mer) les amène à franchir les obstacles des pistes d'audace et à sauter en parachute.

Les instructeurs vont inlassablement leur répéter : "La peur n'exclue pas le danger".

La piste d'audace est globalement plus facile physiquement qu'un bon chrono au parcours du combattant. Mais elle met (en toute sécurité) l'élève dans un état de peur afin qu'il soit convaincu d'être dans une situation de vie ou de mort à certains obstacles.

Il est établi que ces aspirants commandos redoublent de confiance en eux après leur première piste d'audace effectuée et après leur premier saut en parachute.

Ainsi, ils sont forcés d’affronter leur peur et leur manque de confiance et s’ils parviennent à surmonter avec succès cette peur et à franchir tous les obstacles cette fois ci, de leur formation commando, ils diminuent leurs peurs irrationnelles et gagnent de la confiance en leur capacité à accomplir d’autres tâches tout aussi exigeantes.

Le même principe – appelé transfert – agit dans les plus vastes domaines de l’expérience humaine.

Une personne qui manque de confiance en elle peut apprendre à bien tirer, par exemple, et découvrir que ceci lui donne confiance dans d’autres secteurs de sa vie.

Particulièrement dans le domaine du tir, un certain nombre de facteurs contribuent à la confiance en soi.

Le tireur doit avoir confiance en son équipement.

Il doit savoir que son arme est précise et fiable, que les munitions lui sont bien appairées, que ses organes de visée ou sa lunette sont proprement fixés et en bon état, que tous les accessoires sont correctement ajustés, et, en résumé, que chaque partie de l’équipement est comme elle doit être.

La confiance en l’équipement est facilement garantie par l’achat d’un bon matériel et son entretien régulier et approprié. Ensuite, le carabinier doit avoir confiance dans les principes fondamentaux du tir.

Il verra que tous les bons tireurs ne se ressemblent pas dans chaque détail, mais que tous sans exception respectent les fondamentaux.

Il peut aussi voir que ceux qui violent les fondamentaux sont en conséquence incapables de s’affronter aux champions.

Il peut reconnaître que les fondamentaux ont évolué depuis les tâtonnements de nombreuses générations de tireurs, et ont été validés encore et encore par les experts.

Et, ce qui n’est pas le moindre, il doit savoir qu’il a compris tous les fondamentaux.

Ensuite, il doit avoir confiance en sa capacité à exécuter ces fondamentaux. Tout ceci est acquis par l’entraînement et par la participation à des matches. S’il peut exécuter correctement les fondamentaux à l’entraînement, il doit savoir qu’il peut reproduire ce résultat en match.

S’il peut les exécuter correctement au cours d’un match donné, il doit savoir qu’il peut répéter ou dépasser son résultat précédent lors des matches suivants. Et enfin, en liaison directe avec tout ceci, il doit avoir confiance en sa condition physique et mentale.

Il obtient celles-ci par un programme d’entraînement qui garantit un état physique et mental solide.

La volonté de vaincre.

Peut-être le plus insaisissable de tous les aspects de la psychologie du tir est-il la volonté de vaincre. Plus que toute autre facette de la psychologie du tir, elle semble être enfouie dans les plus profonds recoins de la personnalité. La volonté de vaincre est aussi appelée la motivation ou l’esprit de compétition. Il n’est pas sûr que cet esprit puisse être inculqué, ou qu’il soit inné.

Probablement chacun naît-il avec une certaine dose de motivation, qui peut alors être accrue ou supprimée par l’expérience. Par exemple, une personne pourvue d’un fort esprit de compétition qui subit des défaites successives peut finir par perdre le désir de compétition. Au contraire, une personne ayant un faible esprit de compétition, si elle a de la réussite, apprendra à savourer la compétition.

Quelle que soit la façon d’acquérir la volonté de vaincre, il est certain qu’elle est absolument nécessaire pour la réussite, et ceci est vrai pour presque tous les niveaux de compétition. La personne qui souhaite gagner une compétition locale doit avoir la volonté de vaincre, sinon elle ne se vouera pas au programme d’entraînement qui lui permettra d’y arriver. La personne qui a des vues sur le championnat national doit avoir la volonté de vaincre qui la conduira à des efforts encore plus grands.

Et la personne qui a pour but le championnat mondial doit avoir une puissante volonté de vaincre, et doit se plonger dans l’entraînement avec une consciencieuse implication. Les tireurs qui s’engagent sérieusement dans les championnats mondiaux ont tous une brûlante volonté de vaincre, et, à cause de cette motivation, s’entraînent pour une perfection absolue. Quiconque souhaite les affronter doit s’entraîner tout aussi complètement, et même plus. Seule une solide volonté de vaincre peut faire naître une telle implication.

Il est vrai aussi que celui qui veut remporter un championnat mondial doit vouloir établir un nouveau record, parce que le record du monde est fait pour être battu chaque jour.

La personne qui se contente de vouloir tirer le record d’hier sera probablement battue demain.

C’est peut-être seulement en se donnant un but bien déterminé que l’esprit de compétition, ou, la volonté de vaincre, peut être complètement développé et mis en action pour produire des résultats effectifs.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article